A PROPOS DU PIA

Il y a 5 ans, l’AIF a lancé le PIA pour soutenir les innovateurs africains, catalyser l’esprit d’innovation en Afrique et promouvoir les solutions locales pour la prospérité de l’Afrique


Avec 45 des meilleurs innovateurs du continent, plus de 35 acteurs clés de l’innovation et un réseau de plus de 6000 innovateurs africains issus de 50 pays, le PIA est désormais une plateforme majeure dans le paysage de l’innovation en Afrique


LE PRIX

CHACUN DES 7 NOMINES RECOIT UN BON D’UNE VALEUR DE 5000 US$


DOMAINES PRIORITAIRES


L'EQUIPE DU PIA

Directrice de programme

Pauline Mujawamariya-Koelbl

Chargé du processus

Robinson Esialimba



PIA 2017


CALENDRIER DU PIA 2017

Date limite de candidature 03 Janvier 2017

  1. Pré-examen des candidatures: 03 Oct – 6 Janv 2017
  2. Examen préliminaire: 01 Nov 2016 – 31 Janv 2017
  3. Evaluation par le jury: 6 Fév – 6 Mars 2017
  4. Présélection: 13 – 24 Mars
  5. Validation: 27 Mars – 28 Avril 2017
  6. Entretiens téléphoniques: 08 – 25 Mai 2017
  7. Entretiens face à face et remise des prix : Juillet 2017 (dates exactes à confirmer)

SALLE DE PRESSE


A la une


J'ai lu avec un vif intérêt le parcours du PIA de l’African Innovation Foundation au cours des 5 dernières années, à la recherche d'excellence et d'ingéniosité dans les innovations et les inventions africaines. Votre capacité à construire un label autour de la mobilisation des innovateurs et entrepreneurs africains qui fournissent des solutions axées sur le marché aux défis africains, ajoutée au soutien que vous leur offrez, est unique et plus pertinente que jamais pour notre continent. Je voudrais souligner que l’avenir de l’Afrique en tant que continent réside dans notre capacité à être autonome dans nos produits et services, ainsi que dans le maintien d'une croissance soutenue d’entrepreneurs de classe mondiale dans la science, la technologie et l’innovation.


HE Lt. Gen. Dr Seretse Khama Ian Khama
Président de la République du Botswana; Cérémonie de remise des prix du PIA 2016, Gaborone



Le Ghana accueillera la 6ème édition du Prix de l’Innovation pour l’Afrique en juillet 2017

Accra, Ghana, mercredi, 3 mai 2017 l’African Innovation Foundation (AIF) en collaboration avec le Gouvernement du Ghana, représenté par le Ministère de l'Environnement, des Sciences, de la Technologie et de l'Innovation (MESTI), le Ghana Investment Promotion Center (GIPC), et le Comité de Planification du 60ème anniversaire du Ghana annonce que le Ghana accueillera l’événement sur l’innovation le plus célébré en Afrique. . . . [...]



. . . dans l'Actu




Appel à candidatures de l’AIF pour le PIA 2017

Innovation africaine: investir dans la prospérité

A truly Pan-African initiative for Africans by Africans, hosted in all four corners of the continent!

Rabat, Maroc – 27 Septembre 2016 l’African Innovation Foundation (AIF) organisatrice du Prix de l'Innovation pour l'Afrique (PIA) est heureuse d’annoncer le lancement de l’appel à candidatures qui marque l’ouverture de la sixième édition du PIA. Une fois encore, cette prestigieuse compétition offre aux meilleurs innovateurs africains un prix total de 150 000 dollars US. . . . [...]




Annonce des 10 finalistes du Prix de l'innovation pour l'Afrique 2016 de l’AIF

Abidjan, 28 nov (AIP)- La direction de l’African Innovation Foundation (AIF) entamera, du 5 au 13 décembre prochain une mini-tournée en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Togo pour discuter avec les parties prenantes clés du processus d’appel d’offres pour accueillir le Prix de l’innovation pour l’Afrique (PIA) en 2017 dont le thème est « Investir dans la prospérité ». . . .[...]



L'AIF embarque sur les roadshows

l'African Innovation Foundation (AIF) commencera une tournée en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Togo pour rencontrer les parties prenantes clés et discuter du processus d’appel d’offres pour accueillir l’évènement phare du continent africain: lePrix de l’Innovation pour l’Afrique. Au cours de cette tournée,. . . .[...]


Réseaux Sociaux



GAGNANTS & NOMINES

Chaque année, 10 nominés sont sélectionnés au terme d’un processus rigoureux conduit par un jury d'experts. Les trois meilleures innovations reçoivent un montant total de 150 000 US$ et chacun des 7 nominés reçoit un bon de 5 000 US$. Découvrez les 45 meilleurs innovateurs africains.

1er Prix

Valentin Agon

Api-Palu

Dr Valentin Agon du Bénin est titulaire d’un Doctorat en médecine alternative. Il a reçu plusieurs prix - à la fois pour son travail sur la médecine alternative et la promotion de l'innovation et l'esprit d'entreprise en Afrique.Valentin a conçu l’Api-Palu, un médicament antipaludique développé à partir d’extraits de plantes naturelles. Il est beaucoup moins coûteux que les médicaments antipaludiques disponibles et possède un effet inhibiteur sur les souches 3D7 du Plasmodium falciparum, l’agent à l’origine du paludisme. C'est en Afrique subsaharienne qu'on rencontre 88 % des cas de paludisme et 90 % des décès dus au paludisme signalés à l'échelle mondiale (OMS : 2015). Certains gouvernements africains consacrent jusqu'à 40 % de leurs budgets de santé publique au traitement de cette maladie. L’Api-Palu permet un taux rapide de diminution des parasites du paludisme dans le sang après un traitement à court terme, avec des doses relativement plus faibles. Il est disponible sous forme de comprimés, de capsules ou de sirop. Du fait de ses effets thérapeutiques non toxiques, le médicament a été approuvé au Bénin, au Burkina Faso, au Tchad et en République Centrafricaine.

Fort Impact Social

Eddy Agbo

Test de dépistage du paludisme par les urines

Le Dr Eddy Agbo est biologiste moléculaire de formation. Il est PDG de Fyodor Technologies, l’entreprise qui commercialise le test de dépistage du paludisme par les urines. Il est titulaire d’un diplôme en médecine vétérinaire de l'Université d'Ibadan au Nigeria et d’un PhD en génétique moléculaire de l'Université d'Utrecht aux Pays-Bas et d'un. Avant de fonder Fyodor Technologies, il a occupé des postes de responsabilité à l'Université John Hopkins aux Etats-Unis. Le Test de dépistage du paludisme par les urines a été développé par Eddy. C’est un dispositif médical de diagnostic rapide qui détecte le paludisme chez un sujet en moins de 25 minutes, et ce sans aucun prélèvement sanguin. L'Afrique compte le plus grand nombre de cas de paludisme du monde et les médicaments antipaludiques sont généralement administrés lorsque la fièvre est détectée. Toutefois, l'incapacité de diagnostiquer rapidement la maladie et de commencer un traitement antipaludique sans délai peut entraîner diverses complications, dont une insuffisance rénale, un œdème pulmonaire, une anémie aplasique voire le décès du patient. L’UMT utilise un bâtonnet qui donne des résultats précis en seulement 25 minutes. La technologie détecte les protéines des parasites causant le paludisme dans l'urine du patient qui présente une fièvre due à cette maladie. L'UMT est simple et abordable. Il s’agit d’un dispositif révolutionnaire susceptible d’influer sur la gestion du paludisme en Afrique.

2e Prix

Imogen Wright

Exatype

Le Dr Imogen Wright est une scientifique Sud-africaine titulaire d’une Licence en Physique et informatique de l'Université de Rhodes, d’un Master en physique théorique de l'Institut Perimeter au Canada et d’un PhD de l'Université du Cap.L’Exatype inventée par Imogen est une solution logicielle qui permet aux professionnels de la santé de déterminer à quels antirétroviraux (ARV) leurs patients séropositifs seraient le plus sensibles. Selon l'OMS, 71 % des personnes vivant avec le VIH/SIDA résident en Afrique. Jusqu'à maintenant, la réponse des gouvernements consistait à assurer l'accès au traitement pour tous. Toutefois, de plus en plus de personnes traitées par des antirétroviraux s’avèrent résistantes aux médicaments, ce qui entraîne un échec du traitement qui exacerbe le fardeau du VIH/SIDA sur le continent. Exatype traite les données très complexes produites par le séquençage ADN avancé « nouvelle génération » de l'ADN du VIH dans le sang d'un patient. Par l'intermédiaire d'un rapport simple, il détecte les médicaments auxquels le patient sera résistant et les met en évidence afin qu’ils soient évités pour assurer la réussite de son traitement. L’Exatype a le potentiel de contribuer de manière révolutionnaire à la prise en charge du VIH/SIDA sur le continent et peut avoir des applications dans le futur pour d’autres maladies telles que la tuberculose et le paludisme.

Eddy Agbo

Urine Malaria Test UMT (Nigeria)


Le Dr Eddy Agbo est biologiste moléculaire de formation. Il est PDG de Fyodor Technologies, l’entreprise qui commercialise le test de dépistage du paludisme par les urines. Il est titulaire d’un diplôme en médecine vétérinaire de l'Université d'Ibadan au Nigeria et d’un PhD en génétique moléculaire de l'Université d'Utrecht aux Pays-Bas et d'un. Avant de fonder Fyodor Technologies, il a occupé des postes de responsabilité à l'Université John Hopkins aux Etats-Unis.Le Test de dépistage du paludisme par les urines a été développé par Eddy. C’est un dispositif médical de diagnostic rapide qui détecte le paludisme chez un sujet en moins de 25 minutes, et ce sans aucun prélèvement sanguin. L'Afrique compte le plus grand nombre de cas de paludisme du monde et les médicaments antipaludiques sont généralement administrés lorsque la fièvre est détectée. Toutefois, l'incapacité de diagnostiquer rapidement la maladie et de commencer un traitement antipaludique sans délai peut entraîner diverses complications, dont une insuffisance rénale, un œdème pulmonaire, une anémie aplasique voire le décès du patient. L’UMT utilise un bâtonnet qui donne des résultats précis en seulement 25 minutes. La technologie détecte les protéines des parasites causant le paludisme dans l'urine du patient qui présente une fièvre due à cette maladie. L'UMT est simple et abordable. Il s’agit d’un dispositif révolutionnaire susceptible d’influer sur la gestion du paludisme en Afrique.

Andre Nel

Green Tower (Afrique Du Sud)


André Nel est titulaire d’un diplôme d’ingénieur (électronique et logiciel) de l'Université de Pretoria et est enregistré comme ingénieur professionnel depuis 1991. Depuis 2007, il a reçu plusieurs prix pour avoir mis au point des solutions pour l'économie verte et est passionné par l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables. L’innovation d’André appelée « Green Tower » est une solution hors réseau de chauffage de l'eau et de climatisation basée sur l'énergie solaire. Elle utilise une technologie avancée pour créer une thermodynamique avancée permettant jusqu'à 90 % d'économie sur la consommation d'électricité. Les systèmes de chauffage d'eau et de climatisation peuvent représenter jusqu'à 60 % de la consommation d'énergie dans une maison ou un bâtiment. Il existe un certain nombre de systèmes de chauffage et de refroidissement sur le marché, mais peu d'entre eux ont démontré un gain d'efficacité uniforme, indépendamment des conditions atmosphériques. Green Tower améliore l'efficacité d'une pompe à chaleur solaire avec des capteurs solaires thermiques, des réservoirs de stockage basse pression et des échangeurs de chaleur. La classe moyenne africaine étant en pleine expansion, la demande d'énergie dépasse l'offre et cette initiative a le potentiel d’être déployée à grande échelle. Green Tower peut conserver des ressources énergétiques limitées, les détournant ainsi des systèmes de chauffage et de refroidissement vers des industries plus productives.

Godwin Benson

Tuteria (Nigeria)


Godwin a obtenu avec mention son diplôme d’ingénieur de l’Université de Lagos et fut le 3ème meilleur étudiant de sa promotion. Il a travaillé chez ExxonMobil comme ingénieur de support et également chez Deloitte Nigeria comme chargé de sécurité informatique avant de démissionner pour se consacrer à Tuteria.« Tuteria » est une plate-forme innovante d’apprentissage en ligne « peer-to-peer » qui permet aux personnes désireuses d’acquérir une compétence, académique ou non, de se connecter à n'importe quelle autre personne possédant cette compétence et se trouvant à proximité. Par exemple, un étudiant ayant besoin de cours de mathématiques peut se connecter en ligne avec quelqu'un de son voisinage qui offre des cours de soutien en mathématiques. Les formateurs et les apprenants se connectent et forment une communauté en ligne, puis, lorsqu’une connexion est établie, ils se rencontrent hors ligne afin d’échanger de manière pratique. Les formateurs et les apprenants sont validés avec soin afin d'assurer la sécurité, la responsabilité et une expérience d'apprentissage de qualité. Les méthodes classiques d'enseignement et d'apprentissage à l’échelle mondiale sont en train d’évoluer d'un système centralisé à un système distribué, d’une approche standardisée à une approche personnalisée. Ces tendances ont entraîné une amélioration des résultats d'apprentissage. Tuteria cadre bien avec ce modèle, et a été vivement recommandé par les juges du PIA pour le continent africain.

Imogen Wright

Exatype (Afrique Du Sud)


Le Dr Imogen Wright est une scientifique Sud-africaine titulaire d’une Licence en Physique et informatique de l'Université de Rhodes, d’un Master en physique théorique de l'Institut Perimeter au Canada et d’un PhD de l'Université du Cap.L’Exatype inventée par Imogen est une solution logicielle qui permet aux professionnels de la santé de déterminer à quels antirétroviraux (ARV) leurs patients séropositifs seraient le plus sensibles. Selon l'OMS, 71 % des personnes vivant avec le VIH/SIDA résident en Afrique. Jusqu'à maintenant, la réponse des gouvernements consistait à assurer l'accès au traitement pour tous. Toutefois, de plus en plus de personnes traitées par des antirétroviraux s’avèrent résistantes aux médicaments, ce qui entraîne un échec du traitement qui exacerbe le fardeau du VIH/SIDA sur le continent. Exatype traite les données très complexes produites par le séquençage ADN avancé « nouvelle génération » de l'ADN du VIH dans le sang d'un patient. Par l'intermédiaire d'un rapport simple, il détecte les médicaments auxquels le patient sera résistant et les met en évidence afin qu’ils soient évités pour assurer la réussite de son traitement. L’Exatype a le potentiel de contribuer de manière révolutionnaire à la prise en charge du VIH/SIDA sur le continent et peut avoir des applications dans le futur pour d’autres maladies telles que la tuberculose et le paludisme.

Youssef Rashed

Le Plate Package [PLPAK](Egypte)


Le Dr Youssef Rashed a obtenu un Master en Sciences à l'Université du Caire et un Doctorat à l'Université du Pays de Galles en 1997. Il est actuellement professeur de génie civil à l'Université du Caire et Secrétaire Général Adjoint du Conseil suprême des Universités en EgypteeLe Plate Package (PLPAK) de Youssef est une solution logicielle robuste qui évalue l'architecture des plans de construction ou des dessins techniques, déterminant ainsi l'intégrité structurelle de la conception finale. PLPAK applique la méthode des éléments finis de frontière afin d'analyser et d'afficher la conception pratique sur les fondations des bâtiments et les dalles. Cela permet aux ingénieurs de représenter facilement les dalles de construction sur des modèles de fondation plus perfectionnés, d’élaborer des techniques de modélisation des données et d'éliminer l'erreur humaine. La croissance rapide des villes africaines implique une augmentation de la demande en matière de développement d’infrastructures afin de suivre la croissance de la population. Le système d'infrastructures en Afrique, en particulier l'architecture de bâtiment, tend à ne pas être testé, en raison des coûts associés à la vérification de l'intégrité de la structure, ce qui peut conduire à l'effondrement des bâtiments et à de nombreux décès. PLPAK permet de répondre à ce problème à faible coût et facilement grâce à un outil de classe mondiale

Olufemi Odeleye

Le Tryctor (Nigeria)


Femi Odeleye est un designer automobile avec plus de 18 ans d'expérience dans la conception et l'ingénierie en Afrique et en Europe. Il a obtenu un Bachelor en mathématiques et statistiques à l'Université de Lagos et un Bachelor en design automobile à l'Université de Coventry au Royaume-Uni. Il a travaillé pour l'industrie automobile au Royaume-Uni avant de retourner au Nigeria pour travailler sur le Tryctor. Le Tryctor inventé par Femi est un mini tracteur créé à partir d'une moto. En y fixant divers instruments aratoires, il peut effectuer des opérations similaires à celle d’un tracteur conventionnel, mais à plus petite échelle. Pour la plupart des petits exploitants du continent, l'agriculture est une activité dure, laborieuse et caractérisée par une faible productivité. Les petits agriculteurs sont limités par les coûts qu’impliquent le passage à une exploitation mécanisée de la terre et l'utilisation d'équipement lourd. Toutefois, grâce à des modifications astucieuses effectuées sur le moteur, le système d'engrenage et le châssis d'une moto, cette innovation permet aux petits exploitants agricoles d’Afrique de se mécaniser d'une manière qui leur était auparavant inaccessible. Le Tryctor est également facile à utiliser et moins cher à maintenir puisque 60 % de ses pièces et composants sont disponibles localement. Les juges du PIA ont apprécié l'adaptation astucieuse d'une solution motorisée omniprésente en Afrique, utilisée principalement pour se transporter, afin de la transformer en une solution permettant aux petits agriculteurs de se mécaniser.

Samuel Rigu

Safi Sarvi Organics (Kenya)


Samuel Rigu a obtenu une licence en agro-industries de l'Université de Nairobi au Kenya et est le fondateur de deux entreprises agroalimentaires. En 2013, inspiré par la visite de collègues du MIT, Samuel cofonde Safi Organics.Samuel a créé Safi Sarvi organics, un engrais bon marché fabriqué à partir de produits et de déchets purement organiques issus de récoltes agricoles. Il est conçu pour permettre une augmentation du rendement des agriculteurs pouvant aller jusqu'à 30 %. L’engrais utilisé par les agriculteurs ruraux d’Afrique subsaharienne, qui est souvent produit à l'étranger et importé, est extrêmement coûteux. En raison des coûts élevés qu’il représente, les agriculteurs ne peuvent se permettre que les variétés bon marché d’engrais synthétique et acidulé. Dans de nombreuses zones où le sol est intrinsèquement acide, l'utilisation d'engrais acidulé peut conduire à long terme à la dégradation des sols et à une perte de rendement d’environ 4 % par an. Safi Sarvi coûte le même prix que les engrais traditionnels, peut inverser la dégradation des terres exploitées par les agriculteurs et permettre une amélioration du rendement et des revenus. Le produit utilise un engrais à base de charbon à usage agricole qui contre l'acidité du sol et retient les éléments nutritifs et l'humidité dans ce dernier. Cet engrais riche en carbone permet en outre de supprimer le carbone de l'atmosphère à hauteur d'au moins 2,2 tonnes d'équivalent de dioxyde de carbone par hectare de ferme par an.

Kit Vaughan

Aceso (Afrique Du Sud)


Kit Vaughan est le PDG de CapeRay Medical. Il a fait un Post Doc en génie orthopédique à l'Université d'Oxford et fut professeur à l'Université de Virginie et Président de la Chaire Goldberg Hyman en génie biomédical à l'Université de Cape Town. Kit est un membre de l'Académie internationale de génie médical et biologique.Kit a developpé Aceso, une technologie d'imagerie capable d'effectuer simultanément des mammographies numériques plein champ et des échographies mammaires automatisées, améliorant ainsi considérablement le dépistage du cancer du sein. Chaque année, le cancer est à l’origine de plus d'un demi-million de décès en Afrique et ce nombre devrait doubler au cours des trois décennies à venir. S’il est diagnostiqué assez tôt, le cancer peut être traité avec succès. Toutefois, étant donné que 40 % des femmes ont des tissus mammaires denses, leurs cancers ne sont pas toujours visibles à la radiographie. Un résultat faux-négatif lors du dépistage peut en outre avoir des conséquences dévastatrices. Aceso est un appareil unique capable d’acquérir les images selon deux modalités, à savoir en effectuant simultanément une mammographie numérique plein champ et une échographie mammaire automatisée. Ce système, premier au monde, est protégé par des brevets internationaux et a été testé avec succès lors de deux essais cliniques distincts, menés sur 120 femmes.

Valentin Agon

Api-Palu (Benin)



Dr Valentin Agon du Bénin est titulaire d’un Doctorat en médecine alternative. Il a reçu plusieurs prix - à la fois pour son travail sur la médecine alternative et la promotion de l'innovation et l'esprit d'entreprise en Afrique.Valentin a conçu l’Api-Palu, un médicament antipaludique développé à partir d’extraits de plantes naturelles. Il est beaucoup moins coûteux que les médicaments antipaludiques disponibles et possède un effet inhibiteur sur les souches 3D7 du Plasmodium falciparum, l’agent à l’origine du paludisme. C'est en Afrique subsaharienne qu'on rencontre 88 % des cas de paludisme et 90 % des décès dus au paludisme signalés à l'échelle mondiale (OMS : 2015). Certains gouvernements africains consacrent jusqu'à 40 % de leurs budgets de santé publique au traitement de cette maladie. L’Api-Palu permet un taux rapide de diminution des parasites du paludisme dans le sang après un traitement à court terme, avec des doses relativement plus faibles. Il est disponible sous forme de comprimés, de capsules ou de sirop. Du fait de ses effets thérapeutiques non toxiques, le médicament a été approuvé au Bénin, au Burkina Faso, au Tchad et en République Centrafricaine.

Johan Theron

PowerGuard (Afrique Du Sud)


Johan Theron est un ingénieur en électronique. Il a travaillé avec plusieurs entreprises de l'industrie de l'électronique et certaines de ses inventions font aujourd’hui partie des normes de l'industrie.Johan a developpé Powerguard, une innovation qui permet aux consommateurs de déterminer la quantité maximale d’énergie requise pour les opérations quotidiennes. Les consommateurs peuvent ainsi réduire leur demande d’énergie, surtout durant les périodes de pointe, ce qui permet une alimentation en énergie plus efficace et réduit les coupures d'électricité. PowerGuard permet de faire face aux fluctuations d'électricité, et aux défis que posent la distribution et l'approvisionnement en électricité en réduisant les heures de pointe et la pression sur le réseau d'électricité. Les consommateurs peuvent définir leurs propres besoins maximum d’énergie en période de pointe. Cette technologie réduit substantiellement le délestage et le rationnement d'énergie et permet de détourner celle-ci vers des industries plus productives. L'Afrique fait face à une forte demande en matière de réseau électrique, mais avec des ressources limitées et une infrastructure vieillissante, l'existence d'un réseau intelligent peut aider à réduire la pression exercée sur l'infrastructure existante tout en permettant progressivement au continent de passer à des énergies renouvelables.

IPA 2016 Judges

AMOLO NG'WENO

Amolo Ng’weno est Directrice Régionale pour l’Afrique de l'Est de Bankable Frontier Associates (BFA), une société de conseil spécialisée dans les services financiers pour les populations à faible revenu. L'un des projets phares de BFA est une chronique financière retraçant la vie des personnes à faible revenu dans plusieurs pays africains. Jusqu'en 2015, elle a été Directrice de Digital Divide Data Kenya Ltd (DDD), une entreprise sociale qui fournit aux entreprises et aux gouvernements des services de recherche liées aux données, tout en employant des jeunes issus de milieux défavorisés dont elle finance les études supérieures.Amolo rejoint DDD après avoir exercé comme directrice adjointe du service financier dans le Programme de développement mondial de la Fondation Bill et Melinda Gates. En cette qualité, elle a travaillé pour améliorer l'échelle, la portée et l'impact des services financiers offerts aux pauvres dans les pays en développement. Avant de travailler à la Fondation Gates, Amolo fut Directrice des opérations de l’African Rock Art Fiducie à Nairobi. Elle est également co-fondatrice d’Africa Online, le premier fournisseur d'accès Internet en Afrique de l’Est qui a opéré dans huit pays avant d'être racheté par Telkom South Africa. Elle est titulaire d'un Bachelor en psychologie et relations sociales de l'Université d’ Harvard et d'une maîtrise en affaires publiques de l'Université de Princeton.

Prof NYASSE BARTHELEMY

Le Professeur Barthelemy Nyasse est enseignant à l'Université de Yaoundé depuis 1986 après avoir obtenu son Doctorat en Chimie des matériaux, en alternance entre l'Université de Yaoundé (Faculté des Sciences, Département de chimie organique) et le Musée National d'Histoire Naturelle de Paris (Laboratoire de chimie). Après deux ans de services académiques à l'université, il rejoint l'Université d'Uppsala en Suède pour son deuxième Doctorat en 1995.Il a passé 6 ans en Suède où il a effectué plusieurs stages au sein de sociétés pharmaceutiques multinationales, acquérant ainsi des connaissances en propriété intellectuelle et en transfert de connaissances. Il retourne à l’Université de Yaoundé en 1995 ou il devient Maitre de conférences. Il est également Professeur associé aux Universités de Cape Town et Stellenbosch en Afrique du Sud. Il enseigne la chimie organique et les méthodologies de recherche en recherche scientifique à l’Université de Yaoundé et à l'Université de Bamenda au Cameroun. Il est l'auteur de plusieurs publications scientifiques sur la chimie des produits naturels, la propriété intellectuelle et la synthèse organique.

Dr CATHERINE ADEYA-WEYA

Le Dr Catherine Adeya-Weya est une scientifique de l'informatique avec des connaissances et des compétences en matière de développement de l'information. Elle s’est spécialisée dans le potentiel politique et socio-économique des TIC en Afrique. Elle a plus de 20 ans d’expérience dans la recherche sur les TIC et a travaillé pour des organismes tels que l'Université des Nations Unies pour les nouvelles technologies (UNU-INTECH) aux Pays-Bas. Elle compte à son actif de nombreuses publications dans le domaine des TIC pour le développement.Entre 2012 et 2013, elle travaillé au Ministère des TIC du Kenya comme Directrice du département Vision pour Business Process Outsourcing/Information Technology Enabled Services. Elle était chargée d’assurer le leadership stratégique dans le développement de projets phare du secteur des TIC tels que le Konza Techno City et la Stratégie nationale du Kenya sur la large bande. Elle a été Directrice Générale de l'Autorité de développement du Konza Technopolis, un organisme chargé du développement de Konza Techno City, la première ville à utiliser une technologie mixte au Kenya. Elle fut également juge en chef de Vision 2030, une compétition nationale d’innovation en TIC au Kenya. Elle siège au comité de rédaction du Journal of Perspectives on Global Development & Technology.

Dr NHLANHLA MSOMI

Ancien expert technique du PIA, le Dr Nhlanhla Msomi a travaillé à la fois comme chercheur, universitaire, conseiller d'entreprise et entrepreneur. Avant de rejoindre l'Université de Technologie de Durban (Biochimie Microbienne et Génétique), il a travaillé comme généticien moléculaire spécialisé en cartographie génétique des polyploïdes complexes. Il a quitté le milieu universitaire pour cofonder une société d'investissement spécialisée dans la biotechnologie et ayant des actions dans une Start up de pathologie moléculaire et dans une grande société de produits bio. Il a également été partenaire d’un cabinet de conseil aux entreprises où il était chargé de l'établissement d'une division des entreprises d'investissement et de la mise sur pieds d’ un fonds de croissance issu d’un partenariat public- privé. Le Dr Msomi a également été membre du comité d'investissement du Fonds Sud-Africain de la propriété intellectuelle. Il est actuellement PDG de MSQ Health, une société du portefeuille de Safika Holdings’ healthcare.Sa carrière a été rythmée par de retours ponctuels à la fonction publique. D'abord comme Directeur Général du Centre régional d'innovation en biotechnologie de la côte Est, puis comme Directeur Général par intérim du Centre d'innovation technologique. Il a également siégé dans divers conseils d’administration tantôt comme membre (Conseil pour le conseil scientifique et Industriel, Comité consultatif national pour l'innovation) tantôt comme président du conseil (Société Sud-africaine de biochimie, biologie moléculaire et biotechnologie). Il est actuellement Président du conseil d’administration de Le Innovation Hub Management Company (TIHMC) et membre du Conseil d’administration des gouverneurs au Centre International pour le Génie Génétique et la Biotechnologie.

Dr TOLUWALOGO ODUMOSU

Ancien expert technique du PIA, le Dr Odumosu, est Professeur Assistant à l’Ecole de technologie de l’Université de Virginie aux Etats Unis. Son travail académique est axé sur les politiques de télécommunications et sur l'ingénierie des systèmes de téléphonie mobile sur le continent africain. Il mène des recherches en communications, développement d’infrastructures nationales d'ingénieurs et croissance des marchés transnationaux à travers le continent. Il a également travaillé sur les communications de téléphonie mobile au Nigeria et en Afrique du Sud, et a mené une étude comparative sur l'évolution et l'émergence de l'industrie des télécommunications dans l'Union européenne et aux États-Unis.En plus de ses activités d’enseignement et de recherche, il est également consultant à PF Systems, une société de designs audio au Nigeria. Il est par ailleurs Associé de recherche à l’école d’ingénieurs et de Sciences appliquées de l’Université de Harvard ainsi qu’à l’école de commerce de la même université. Il vient de terminer un livre sur l'importance des politiques de science et technologie et de la culture de la recherche pour l'innovation et la compétitivité des nations.

Pauline Mujawamariya Koelbl

Director

Pauline Mujawamariya Koelbl a rejoint l’African Innovation Foundation (AIF) en Juillet 2011 en tant que Directrice de programme du PIA. Elle est également responsable de la gestion des programmes d'innovation et de technologie de la Fondation. Elle met l'accent sur la culture de solutions axées sur le marché pour un développement mené par l'Afrique à travers le continent, la construction d'un écosystème d'innovation qui va dynamiser la croissance économique à travers l'Afrique.

Pauline a plus de 15 ans d’expérience dans le développement et a travaillé avec des organisations telles que l'UNICEF et la GTZ en République Démocratique du Congo, ENDA Tiers Monde au Sénégal, « Jewish Family and Children’s Service » et TANGO international aux Etats-Unis.Avant de rejoindre l’AIF, elle a travaillé pour l'OMS à Genève et la « Research Corporation for Science Advancement Foundation » aux Etats-Unis. Pauline est actuellement membre du conseil d'administration de l'Initiative Flame Tree, une ONG américaine qui travaille sur l'utilisation des TIC pour réduire la fracture numérique grâce à la collaboration avec les universités africaines. Elle est également membre de Bellagio/poptech Catalysts, une initiative conjointe entre la Fondation Rockefeller et PopTech qui rassemble une communauté mondiale d'innovateurs et de leaders d'opinion de différents domaines pour partager des idées et travailler ensemble pour créer un changement durable.

Pauline a un Bachelor en Etudes Internationales, option développement de l'Afrique subsaharienne, de l'Université d'Arizona. Elle est également titulaire d'un Master en Pauvreté et Développement de l' « Institute of Development Studies (IDS) » de l'Université du Sussex du Royaume-Uni où elle était boursière. En outre, Pauline a servi à l'UNESCO (Paris) section liberté d'expression, démocratie et paix.

Pauline est passionnée par les gens et leur développement, et consacre son temps à assurer l'autonomisation économique et sociale des Africains. Elle a récemment obtenu une récompense de l'Université de l'Arizona pour son engagement dans la promotion de la responsabilité sociale tout au long de sa vie.

Robinson Esialimba

IPA Process Manager

Robinson Esialimba a rejoint l’AIF en 2013 en tant que chargé du processus, responsable de la gestion du processus de sélection du PIA. Avant de rejoindre l’AIF, Robinson a fondé et gérait une plateforme en ligne qui fournissait aux startups africaines divers conseils en stratégie d'entreprise et financement.

Robinson a une expérience de plus de 10 ans dans le mangement, après avoir travaillé dans des postes de responsabilité dans des organisations internationales et des organismes des Nations Unies en Afrique et en Europe. Il était un responsable technique principal à l’OMS à Genève, chargé du conseil sur les licences de brevet pour des vaccins et des sociétés pharmaceutiques en Afrique.

Robinson est titulaire d'une licence en Droit de l'Université de Nairobi au Kenya, et d’un Master en Droit, option Propriété Intellectuelle et innovation de l'Université de Lund en Suède. Il s’intéresse au financement privé des jeunes entreprises, au droit du commerce international et à la gestion de projet.

Laura Yuego

IPA Program Officer

Laura Yuégo est chargée de programme du PIA. Elle a rejoint l’AIF en 2013 et apporte son soutien opérationnel au PIA et aux activités connexes avec un accent sur les écosystèmes d’innovation en Afrique francophone. Ses compétences incluent la gestion de projet, l’administration de sites web et de plateformes, les traductions anglais-français et l’évènementiel.

Elle a travaillé plusieurs années dans l’enseignement comme Attaché d’enseignement et de Recherche à la faculté de Droit de l’université de Yaoundé 2 (Cameroun). Laura a plus de 7 années d’expérience dans le secteur des ONG en Afrique et en Suisse. Avant de rejoindre l’AIF, elle a travaillé dans la gestion de programme auprès d’ONG en Suisse spécialisées dans l’aide humanitaire d’urgence et l’aide au développement.

Laura est titulaire d’un Master en Droit des Affaires Africain de l’Université de Yaoundé 2 (Cameroun) et d’un Master en Gestion des projets en Afrique de l’Université Paris 11 (France).